Protéger sa vue à l’ère du tout écran

Ordinateur, tablette, smartphone... Notre vie connectée impacte notre bien-être sans que l'on s'en rende forcément compte. Voici quelques astuces pour apprendre à vivre avec nos écrans au quotidien sans fatiguer nos yeux et profiter de ce nouveau mode de vie !
 

Homme devant un smartphone

Nos écrans au quotidien

 

Au travail, pendant nos loisirs, le week-end, et même avant de dormir : les écrans font désormais partie de notre quotidien. Même sans se considérer pas comme "ultra connecté", nous pouvons passer 4 heures par jour devant la télévision, plus 4h devant un ordinateur, un smartphone ou une tablette, soit 8h en tout en moyenne. Ceci impacte notre bien-être : douleurs dans le dos, au niveau des cervicales, maux de tête…

Nous travaillons de plus en plus sur nos ordinateurs portables, dans le train ou en télétravail... Nos téléphones nous servent aussi à envoyer des photos ou des sms, à regarder des vidéos ou à lire des livres en ligne. Sans oublier que nous communiquons de plus en plus avec nos proches à travers les écrans, sur des applications type Skype ou sur les réseaux sociaux. Il nous arrive même d’utiliser plusieurs écrans simultanément, lorsqu’on consulte son téléphone alors que l’on regarde un film par exemple.
 

   

Vie connectée : quel impact sur notre vue ?

Smartphone, ordinateur, télévision…nous utilisons des écrans de toutes les tailles, ce qui veut dire que la distance de lecture varie aussi. Nos yeux doivent donc s'accommoder à différentes tailles de pixels, et la position de notre corps est différente selon les écrans. Par exemple, nous devons incliner notre tête pour consulter notre smartphone alors qu’elle reste droite devant notre ordinateur. Nous lisons notre journal en le tenant, en moyenne, à 40 cm de nos yeux, alors que nous lisons sur notre smartphone en le tenant au moins 10 cm plus près de nos yeux.

Tous ces changements sollicitent beaucoup notre vue : l’effort continu de mise au point fait par nos yeux pour voir net peut provoquer une sensation de fatigue visuelle.

 

Face aux écrans, quelle posture adopter ? Nos trucs et astuces

Au travail ou à la maison, voici quelques conseils de posture à adopter devant votre écran pour vous sentir mieux et prévenir la sensation de fatigue visuelle :

Essayez de maintenir la distance idéale par rapport à l’écran, ce qui correspond à la longueur de votre bras. Placez vos coudes à 90 degrés avec les avant-bras appuyés.
Pensez à ajuster votre fauteuil pour avoir le dos droit, les cuisses parallèles au sol et les pieds posés à plat, dans la mesure du possible bien sûr ! Asseyez-vous confortablement, bien calé au fond de votre siège.
Evitez au maximum les reflets sur l’écran en limitant les sources lumineuses dans la pièce, et réduisez la luminosité de vos écrans si nécessaire.

Comment bien vous protéger de la lumière bleue ?

Pensez à activer le "mode nocturne" de votre smartphone lorsque vous le consultez dans un environnement de faible luminosité, avant de vous coucher par exemple. Vous pouvez également télécharger des applications spécifiques pour votre smartphone ou vos ordinateurs qui permettent de diminuer la quantité de lumière bleue.

Enfin, vous pouvez demander une option pour couper une partie de la lumière bleue sur vos prochains verres de vue.  Le matériau Eye Protect System™, Blue UV capture™ et le traitement Crizal® Prevencia™ aident à préserver la santé de vos yeux au long terme en filtrant une partie de la lumière bleu-violet1 qui accélère le vieillissement de nos cellules rétiniennes2.

   

Sachez qu’il existe des verres progressifs spécifiques pour la vie connectée. Les verres Varilux® Digitime™ sont conçus pour améliorer votre confort de lecture sur écrans. Votre vision de près, sur smartphone et, votre vision intermédiaire, sur votre ordinateur, sont facilitées, même avec un usage prolongé des écrans. En outre, les verres Varilux® Digitime™ intègrent une protection contre la lumière bleu-violet.

1 Coupure d’au moins 20% de la lumière bleu-violet entre 380 et 455nm.

2 La lumière bleue nocive induit du stress oxydant et limite les défenses antioxydantes, pouvant contribuer à accélérer le vieillissement rétinien, Marie et al., Cell Death and Disease, 2018.